Refonte du label fait maison sur proposition du ministre Carole Delga - 2015
Victoire programmée des lobbies de l'industrie agroalimentaire.




Le nouveau décret est sorti en mai 2015, décryptage.

Communiqué de presse du Groupe des Restaurants Qui Font à Manger suite au projet de refonte du "label fait maison".


Six-fours le 9 Avril 2015

Le groupe des "Restaurants qui font a Manger" a été créé il y a maintenant trois ans.


Nos adhérents restaurateurs ou chefs (environ 400 établissements) militent pour la cuisine faite maison et la transparence dans la restauration.

Nous sommes 100% indépendants de la publicité et de l'industrie agroalimentaire.

Notre combat va bien au-delà du fait maison.

Nous dénonçons la malbouffe, les dangers des additifs chimiques pour la santé mais aussi les abus et les mensonges de l'industrie agroalimentaire.

Parler de fait maison revient à aborder la notion de produits de saison ou locaux, de pesticides, du bio, de terroir, de goût, de développement du territoire mais aussi de santé publique.

C’est pourquoi nous voulons que les clients connaissent aussi la liste des produits chimiques contenus dans leurs plats comme c’est le cas au supermarché..

Pourcentages de fait maison, exceptions au fait maison, utilisation ou pas d'additifs chimiques, huile de palme, aspartame, produits locaux, produits de saison, bio,...
Toutes ces informations sont relayées sur l’annuaire en ligne des Restaurants Qui Font à Manger

Nous sommes aussi à l'initiative d'un projet de loi déposé à l’assemblée nationale pour réserver le mot "restaurant" aux établissements qui proposent du fait maison.

Nous n'approuvons pas le nouveau label fait maison du gouvernement, même si c'est un début, principalement car il ne créé aucune contrainte pour celui qui sert de la cuisine industrielle qui peut continuer à le faire sans en informer ses clients.

Depuis l’annonce de refonte du label, notre groupe est en relation avec le ministère afin de faire pencher la balance du bon coté pour que la loi soit réellement au service des consommateurs et des restaurateurs fait-maison et non au service des lobbies de l’industrie agroalimentaire ou des syndicats qui les représentent.

Il ressort de la réunion du 7 avril 2015 que ces mêmes lobbies et syndicats sont sortis vainqueurs de la négociation.

Certes la définition du plat "maison" est durcie, mais ce n'est que "détail".

Le problème présent dans la première mouture du décret est encore amplifié.

Désormais les pseudo-restaurants qui proposent de la cuisine industrielle n'auront strictement aucune obligation d'affichage (*) alors même que les obligations du restaurateur fait maison seront accrues.

Ceux qui utilisaient par exemple quelques oignons surgelés crus pour leurs préparations ne pourront plus afficher en entête de leur carte le logo du label fait maison.
Seuls les produits crus (et non surgelés) seront désormais autorisés et un plat contenant des produits artisanaux ne pourra plus prétendre être maison.

Le nouveau décret prévoit de confirmer mais aussi d'accroitre l'inégalité entre les restaurateurs qui proposent de la cuisine maison et les maître-restaurateurs.

Les maitres restaurateurs sont confirmés dans leur droit d'afficher en entête de carte le logo du label alors même que leur cahier des charges n'impose pas le 100% fait maison, autorise l'utilisation de produits artisanaux et que les produits frais peuvent ne représenter que 51% des ingrédients.

Prenez ainsi deux restaurateurs qui proposent exactement la même carte avec un plat "non fait maison" (conformément au nouveau label). Le maître-restaurateur aura le droit d'afficher en entête le logo "fait maison" alors même que l'autre n'aura pas le droit.

Nous ne comprenons pas comment cette différence de droit pourrait être légale et nous avons transmis notre vive désapprobation au ministre !

Une majorité de restaurateurs maison n'avaient pas adhérés à ce label principalement parce qu'il plaçait uniquement les obligations que leur coté et non pour les pseudo-restaurateurs. Nous ne doutons pas que cette nouvelle mouture ne fera qu'amplifier leur colère.

Ce texte n'a pas pour objet défendre les consommateurs. La preuve en est que les syndicats comme l'Umih, représentants de la malbouffe, se réjouissent de ce label. Ou le Synhorcat qui autrefois défendait notre projet de loi sur le mot "restaurant" se réjouit maintenant de ce label qui soulage les vendeurs de malbouffe et qui veut que les maître restaurateurs aient le monopole d'un "fake maison".


Plus que jamais notre combat a du sens pour défendre le "fait maison" mais aussi le "manger sain" dans la restauration.

Nous invitons tous les restaurateurs qui défendent nos valeurs à nous rejoindre et tous les clients qui nous soutiennent à diffuser l'information et lutter contre la publication du nouveau décret.

Groupe des Restaurants Qui Font à Manger
www.restaurantsquifontamanger.eu


(*) Dans le texte précédent tous les restaurateurs devaient inscrire sur leur carte:
“Les plats «faits maison» sont élaborés sur place à partir de produits bruts.” . Aux clients de déduire que l'absence de logo fait maison signifiait que les plats n'étaient pas maison. Le nouveau texte ne comportera même plus cette obligation.
A noter par contre que les restaurateurs qui proposent du fait maison seront à priori toujours dans l'obligation de l'indiquer et donc verbalisables en l'absence d'affichage.


.

..
 
L’article L122-5 du code de la propriété intellectuelle n’autorise que les « Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et les « Les analyses et courtes citations » sous réserve que « soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source »
Toute contrefaçon est sanctionnée par les articles L.335-2 du code de la propriété intellectuelle.

L’article L.122-4 précise que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque »

Nous contacter

"Restaurants qui font à manger",  marque déposée

Copyright © 2017 - Restaurants Qui Font A Manger. Mise à jour Janvier 2017

Tous droits réservés - Reproduction interdite sans autorisation.